Eric Sanjou et la Cie

arenetheatre-sanjou-la_compagnie

la cie arène théâtre

L’Arène Théâtre est une compagnie professionnelle de création théâtrale à partir d’auteurs contemporains ou classiques. À partir de textes très variés (pièce, roman, poésie…), Eric Sanjou mène une recherche de formes théâtrales et scénographiques au service du texte et de l’acteur. Il réunit autour de ses projets une équipe d’une douzaine de comédiens fidèles dans un constant esprit de troupe.… suite →

eric-sanjou

éric sanjou

Depuis 1988, Éric Sanjou mène parallèlement une carrière de metteur en scène, comédien et scénographe. Il a conçu une trentaine de scénographies pour le Théâtre du Matin, le Théâtre du Galion, l’Equipe de Réalisation, le Théâtre du Pavé… Il a créé les costumes d’une quinzaine de spectacles en dehors de ses propres productions. Il fait ses débuts de comédiens en… suite →

DSC02091

arène théâtre, un manifeste…

L’Arène est théâtre. L’Arène est, dès l’origine, « lieu de mise en lutte de la parole dans les corps ». L’Arène est la courbure infinie d’un espace mental qui creuse le corps des poètes. L’Arène est une « arène où l’air et la lune et les créatures entrent et sortent sans avoir une place où se reposer ». L’Arène creuse, fait ses traces, fuit… suite →

arenetheatre-sanjou-l_arene_le_lieu

« l’arène », le lieu

« L’Arène »… Depuis 1994, le lieu de création de la cie Arène Théâtre est une ferme située sur la petite commune de Coutures. C’est là qu’elle fabrique ses spectacles, dans sa salle de répétition. Depuis longtemps, Eric sanjou voulait tenter de créer un événement culturel à Coutures. En 2006, l’équipe de la cie lance l’aventure du Festival Les décousues et le… suite →

arenetheatre-tous-les-spectacles2

tous les spectacles

L’Arène Théâtre a créé  : 2016 : La Geste des Endormis de Virginie Barreteau 2015 : La Perle de la Canebière de Eugène Labiche 2014 : Le Tutu d’après Princesse Sapho 2013 : Le Chant du Coq / Fin de Programme de Jean-Louis Bourdon             Les Fiancés de Loches de Feydeau 2012 : Pour Louis de Funès de Valère Novarina… suite →