« music-hall » – présentation

de Jean-Luc Lagarce

création Arène Théâtre

mise en scène/scénographie : Eric Sanjou

interprétation : Christophe Champain, Céline Pique, Eric Sanjou

« Music-Hall » a été créé à Coutures(82) les 7 et 8 septembre 2018 (Festival les Décousues) et à Moissac(82) le 9 et10 novembre 2018 (Le Temps de l’Arène). Il  aété présenté au Théâtre du Grand Rond à Toulouse du 8 au 12 janvier 2018.

« Music-Hall » est présenté à l’Espace Alya au festival Off d’Avignon.

Du 5 au 28 juillet 2019 à 14H35 (relâches les 10,17 et 24)

 

Personnages : La Fille – Le premier Boy – Le deuxième Boy

 

Une « vieille » artiste de music-hall, ses deux « vieux » boys. Ils se produisent encore dans des lieux miteux, ou dans des campagne perdues. Elle joue ou veut encore croire jouer les stars. Un texte à l’humour grinçant avec ses personnages pathétiques. Ça parle de l’égo, de la difficulté d’être et d’y croire. Presque un classique de Jean-Luc Lagarce.

Comme tous les soirs, dans cette ville-là comme dans toutes les autres villes – vingt ou trente années ? trente années…, la Fille jouera sa petite histoire, prendra des mines, habile à prendre des mines, fredonnera chansonnette et esquissera pas de danse. Comme tous les soirs, dans cette ville-là comme dans toutes les autres villes, racontant la journée terrible qui s’achève, récit des diverses humiliations et aléas divers. Comme tous les soirs, les deux boys, épuisés, fatigués, rêvant de s’enfuir, s’enfuyant, les deux boys feront mine, habiles à faire des mines, les deux boys l’accompagneront, tricheront avec elle, feront semblant. Sur une scène quelconque ou une loge de théâtre, maquillages et costumes aux paillettes usées défilent.

Tout l’art d’écrire du grand Jean-Luc Lagarce pour dire nos pauvres espoirs et nos sublimes défaites : drôle, pathétique, dérisoire et bouleversant.

« L’Arène Théâtre en reine maîtresse du burlesque, ça scintille jusqu’au bout dans le désespoir bien noir et c’est beau, ça fait vivre et pleurer. » Flashebdo

« La diva déchue est merveilleusement campée par l’extraordinaire Céline Pique encadrée par ses deux sbires ô combien précieux dans toute leur retenue. Un sublime Music-Hall. » La Dépêche du Midi

« Des corps banals, touchant de banalité pris dans la folie d’une revue. On sourit, on s’attendrit : magie d’un spectacle qui a lieu sans qu’on s’en rende compte. » Le Clou dans la Planche

« On rit de cette star parodique qui n’en a pas moins des caprices de star. Et puis on oublie de rire et on est ému aux larmes. Entre Modiano et Beckett, poétique de la nostalgie et comédie de l’absurde. Music-Hall est une belle occasion de voir du théâtre. Du vrai. » Le Brigadier